photofiction#3

se retourner, se retourner, se retourner encore, et si c’est soi derrière, et si c’était soi-même derrière les phares à suivre ce que l’on est sans l’être, se retournant, l’envers, l’endroit du même tissu qu’on roule, se retourner, être une flèche lancée à sa propre poursuite

***

l’hébergeur wpress impose parfois d’horribles publicités qui apparaissent aléatoirement sous les billets

si c’est le cas, mille excuses demandées (en attendant que je trouve un autre lieu pour écrire, peut-être rafraîchir la page…?)

et si ce n’est pas le cas, vous êtes bien chanceux d’échapper ainsi aux injonctions des dieux Conso et Capitalistico, une bénédiction…

Publicités

photofiction#2

dans le voyage garder l’accidentel, brisure pansement, le végétal démis, en tentative de restriction, grain de couleur tamis, poser ses pas dans le réel, entre deux lignes dont l’une claudique, un sol futile et fugitif, se retourner

PS : je suis désolée pour l’apparition aléatoire de publicité sauvage en fin de billet…
-message personnel : Vous êtes un paltoquet, môssieur wweuhordpress’. Je ne vous salue pas.

photofiction#1

toutes ces questions, l’utile, l’essentiel, où porter le regard, à l’intérieur de quoi poser les mains, ce que l’on doit étreindre, une matière qu’on malaxe avec la peur de la brusquer, ou la pudeur (ou si c’est soi qu’on maltraite, quel besoin de fouiller, puisqu’au final, oui, au final, ces questions, toutes, fuyantes)