message de service

En attendant que je puisse retrouver/ou retrouver un espace propre, je vous encourage à lire le constat de Philippe Aigrain sur son blog, qui dit bien mieux que moi ce dont il est question…

La série photofiction# continue sur mon site perso

(ce que je regrette, car c’est un espace non-interactif, non-programmable et non-pratique à manipuler, mais c’est du non-rien, donc du mieux que rien finalement)

PS : il est fort possible que vous tombiez sur une pub ci-dessous, ce qui illustrerait fort justement ce billet  ma foi)

Publicités

photofiction#3

se retourner, se retourner, se retourner encore, et si c’est soi derrière, et si c’était soi-même derrière les phares à suivre ce que l’on est sans l’être, se retournant, l’envers, l’endroit du même tissu qu’on roule, se retourner, être une flèche lancée à sa propre poursuite

***

l’hébergeur wpress impose parfois d’horribles publicités qui apparaissent aléatoirement sous les billets

si c’est le cas, mille excuses demandées (en attendant que je trouve un autre lieu pour écrire, peut-être rafraîchir la page…?)

et si ce n’est pas le cas, vous êtes bien chanceux d’échapper ainsi aux injonctions des dieux Conso et Capitalistico, une bénédiction…