graiguecullen-miss hunt

je tourne le dos à la route me détourne, ne reste qu’un morceau de ciel que les branches lacèrent, en brassées les fleurs blanches dos tourné aux écoles, grises en bout de routes grises au clochers bas, aubes d’enfants de chœur et casernes, aux évêques monuments, premières pierres grises et ministre, les sœurs de la pitié le couvent mémorial et l’âge du capitaine, ce gris qui se délite, disparus les regards qui furent et les doigts tenus dans les doigts, petits ongles nacrés, les clarisses et les insurgés, tout ce mouvement de foules grises t’a emporté, visage fin, petite robe, modelée, malaxée, où sont les petits doigts, tenus sous quel parterre de fleurs, blanches comme celles que je brasse, vives, chant, ciel pâle troué

pistes suivies → hasard de Globe genie puis recherche de Graiguecullen, lien vers un site de photos anciennes et celle de la famille Hunt sous le nom Boltons

Publicités

2 réflexions sur “graiguecullen-miss hunt

  1. fragilité de l’enfance, de la main, pour rehausser et en accord avec le gris des pierres… « aux écoles, grises en bout de routes grises au clochers bas, aubes d’enfants de chœur et casernes, « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s