montesilvano – maria

nous ferions des allers-retours, toute une vie, et toutes les vies ensemble, ceux entre toi et moi, entre maria et freder, récitons dans la nuit, même quand la nuit ressemble au plein soleil, même quand la rue attend la mer ou que les mers attendent les rues, allers-retours, le va-et-vient entre mur rouge et métal luisant d’une figure, ce qu’est l’amour, les enfants regroupés sous ses bras ou assis sur les marches dehors, allers-retours, nous dialoguons ensemble et inventons des histoires brèves qu’on découpe et qu’on tord pour les forcer à rétrécir, allers-retours, c’est un reflet sur une enseigne, c’est un panneau indicateur et ce sont des silhouettes furtives, loup apennin et chat sauvage, faucon lanier, autour, aigle royal, on n’a pas fini de se suivre toi moi allers-retours, dans nos va-et-vient ce qu’on trouve pourrait ne pas tenir en place (persévérer), mais n’était-ce pas le but ?

pistes suivies → hasard de Globe genie vers Montesilvano, quelques clics pour arriver dans cette rue devant Metropolis, les images du film et la faune de Pescana

Publicités

Une réflexion sur “montesilvano – maria

  1. allers et retours incessants, tous, ceux là, et puis, simplement, au bout de la rue, après Métropolis, celle de la mer qui vient lécher la terre des Abruzzes, plus platement, peut être

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s