houston – leon

cette impression de large, gentiment planté d’arbres, est un rideau sur ville ; une ville avec cinq centres, posée sur quadrillage et entourée d’une boucle, loop 610 ; ceux qui sont au milieu (aux centres à l’intérieur) possèdent la ville et ceux qui sont à l’extérieur s’en approchent fébriles ; audacieux funambules ou des expropriés, en équilibre, au fil de la boucle ajustée se retiennent ; tomber dans le courant fait peur, comme les fumées des raffineries étranges ; et depuis le cosmos une ville-vitre éclatée sous chaleur on dirait, ou sous froid ; leon, lui ou un autre, soupèse l’hypothèse d’en être, d’y être, ou qu’une vache tombe sur le toit d’une grange, six-cent dix fois

suivi de pistes   hasard de Globe genie → Houston, fiche wikipedia, quartiers et urbanisme et son plan, la ville vue par satellite, vitre brisée → recherche d'images de la boucle 610, apparition de l'homme que j'appelle leon p.la chronique de leon sur la loup 610

Publicités

2 réflexions sur “houston – leon

  1. Houston, le désir du centre et les déséquilibres créateurs que Léon ou d’autres tombent dans le courant, craignent qu’une vache tombe sur le toit d’une grange, catastrophe sidérante (il paraît que le mot est à la mode)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s