alice spring – nelly

l’autre côté de la terre, le centre de l’autre côté de la terre, un point à l’envers, parfaitement au milieu de l’australie (la pointe d’un feutre posée sur un dessin d’enfant, si parfait) et en ce point la ville-prénom, une gare, un train deux fois par semaine, une route, la géométrie ingénue au milieu des monts larges, impossibles ; c’est une île impossible, imaginaire, jules verne pas plus grand qu’une carte postale, île jaune, mordorée, ses rivages saturés de petits traits à l’encre, dos de requins ; l’aiguille à tricoter géante qui traverse le globe pourrait l’atteindre, vingt mille ponts sous la terre ; mais elle existe, nelly y est allée, a rencontré une femme triste qui lui a vendu un peu d’elle ; cases réglées, routes répertoriées, tracés, quadrillages-grillages de papier, on y range les idées, et les gens on les met en pourcentage (17% d’aborigènes), géométrie tenace des barrières ; les camions impossibles traversent la route dessinée, un trait au feutre, parfait, et le mari d’alice étudie les étoiles, qu’est-ce que nous sommes petits sur ce sol rouge

suivi de pistes   hasard de Globe genie → Alice Spring, fiche wikipedia avec apparition d'Alice la femme de Charles → recherche d'images, apparition p.18 de cette photo sur le blog de Nelly et son voyage (qu'il m'est quasiment impossible de concevoir)

Publicités

Une réflexion sur “alice spring – nelly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s