rossarden – payne

vallée du styx, arbres hauts comme des cathédrales, une colonie pénitencière ne restent que des cailloux à voir, grosses gouttes dures noircies couleur de pamplemousse, un tigre ourlé de noir et museau long y vit en cage, il bâille, la fatigue d’être unique survivant de l’espèce, souffle mort, photographie, musée, l’aiguiseur de couteaux comme lui, se nomme Payne, peine et coupure, et ombres, se fabule une route au soleil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s