petrópolis – lotte

au dessus de la ville caprice d’empereur, brume vue des hauteurs, des escaliers de bois mènent aux entrées et portes condamnées, douceur colline mais elle ne suffit pas pour vivre, santos-dumont fit un grand saut (lui qui ne voulait pas d’avions de feux) et zweig s’endormit (sur les photos, plusieurs, on se demande qui a osé les prendre, vautours, combien, qui a bougé les bras de lotte, abîmé son sommeil et arrangé ses mains, pourquoi ont-ils touché à l’étreinte, la dernière ?)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s