fontainebleau – claude

le jour se lève à l’hôtel de l’aigle noir, un pont comme un grand n et au-dessus du train qui ne passe pas des tracés, carreaux pages à la marge l’écriture de l’instituteur, ligne de l en rouge tous impossibles à reproduire, pleins et déliés, l’odeur violette dans les godets de porcelaine, le bruit de la plume, un petit souffle à grincis doux sur le papier, et quand claude entre, tous se lèvent, sûrement un qui s’essuie le nez à la manche de sa blouse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s